Le Renouveau de St Michel

[Forum de confrérie aspirant à redevenir l'ordre de chevalerie de St Michel:les Royaumes renaissants]
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Livre] Chez les Paysans

Aller en bas 
AuteurMessage
St Michel
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 11/03/2008
Localisation : Sur la Flèche de l'Abbaye

MessageSujet: [Livre] Chez les Paysans   Mer 12 Mar - 15:07


Le temps et ses divisions: Barthélémy l'Anglais, Livre des propriétés des choses, XVe siècle

Le Liber de proprietatibus rerum, écrit vers 1230-1240 par le franciscain Barthélemy l'Anglais, compte parmi les nombreuses encyclopédies rédigées durant le XIIIe siècle.
Le chapitre IX traite du temps et de ses divisions, saisons, mois et semaines ; il est curieusement illustré par quatre paysans au travail, un semeur, un faucheur, un moissonneur et un vendangeur qui entourent un homme en train de se chauffer grâce à un brasero monté sur roulettes. Ce personnage âgé, qui est souvent figuré dans les calendriers aux mois de janvier ou de février, peut ici être interprété comme une évocation de l'hiver et un symbole de l'année. La fenaison et la moisson se déroulent d'ordinaire dans les calendriers en juin et juillet, et les vendanges et les semailles en septembre et octobre.


Les paysans forment les neuf dixièmes de la population mais il est très difficile de reconstituer leur alimentation. Ils n'ont pas laissé d'archives et lorsque – par chance pour l'historien – un notaire franchit leur porte, il ne prend la peine de noter que les objets de quelque valeur : or, la demeure paysanne n'en contient pratiquement pas. Rares aussi sont les réserves de céréales ou d'huile, dans un monde où il n'est pas évident d'assurer la nourriture quotidienne. De ces maigres écrits et des fouilles de villages médiévaux – sur lesquels les nôtres ont été construits – se dégage l'impression d'une grande précarité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordredesaintmichel.superforum.fr
St Michel
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 11/03/2008
Localisation : Sur la Flèche de l'Abbaye

MessageSujet: Re: [Livre] Chez les Paysans   Mer 12 Mar - 15:07

Une alimentation fragile


Le mauvais temps: Tacuinum Sanitatis, XVe siècle


Tous n'ont pas l'assurance d'une nourriture suffisante. Si famines et disettes ont pratiquement disparu grâce à l'optimum climatique des XIe-XIIIe siècles, la multiplication des hivers froids et des étés "pourris" les fait réapparaître à la fin du Moyen Âge. Les terroirs ne peuvent plus s'étendre et il n'est donc pas possible de répondre aux besoins d'une population toujours plus nombreuse. La disette est inévitable et les ravages de la guerre de Cent Ans, la pression fiscale qui en découle et la mauvaise organisation des transports l'aggravent encore. Les paysans sont d'autant plus exposés à ces difficultés que leur ration alimentaire est dangereusement déséquilibrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordredesaintmichel.superforum.fr
St Michel
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 11/03/2008
Localisation : Sur la Flèche de l'Abbaye

MessageSujet: Re: [Livre] Chez les Paysans   Mer 12 Mar - 15:08

Le primat des céréales


Les céréales: Pierre de Crescens, Livre des profits champêtres, Bruges, fin XVe siècle


Partout dominent les céréales. En temps normal, la ration quotidienne de pain peut monter jusqu'à plus d'un kilogramme par personne. Ces énormes quantités de céréales procurent l'essentiel des calories, conduisant à de graves déséquilibres nutritionnels. La carence en vitamine A, exclusivement fournie par des produits animaux, entraîne des risques de cécité. La préférence pour le pain blanc, débarrassé de son, multiplie les cas de pellagre, affection cutanée. Déterminé à assurer coûte que coûte son pain quotidien, le paysan ne sépare pas toujours le bon grain de l'ivraie, qui contient un alcaloïde puissant. Les années humides, de plus en plus nombreuses, favorisent enfin la prolifération d'un parasite installé dans l'épi de seigle dont les effets neurologiques sont destructeurs : les victimes de l'ergotisme perdent souvent leurs membres, noircis par le mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordredesaintmichel.superforum.fr
St Michel
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 11/03/2008
Localisation : Sur la Flèche de l'Abbaye

MessageSujet: Re: [Livre] Chez les Paysans   Mer 12 Mar - 15:08

Les nourritures de famine


L'ortie: Platearius, Livre des simples médecines, vers 1480


Lorsqu'il n'est plus du tout possible de faire du pain, il faut bien se résoudre à consommer un peu n'importe quoi. C'est le cas en 1438, où même les légumes verts viennent à manquer à Paris – en réalité ils sont si chers que la plupart ne peuvent se les procurer. Les plus pauvres en sont réduits à cueillir des orties, qu'ils font cuire sans matière grasse, seulement à l'eau salée. Car les ressources offertes par la nature sauvage sont abondantes. Au-delà de la ceinture des champs et des jardins, les bois, prairies, landes et cours d'eau offrent les produits de la cueillette, de la chasse et de la pêche. Mais les seigneurs ruraux accumulent les restrictions à leur usage : les forêts sont transformées en réserves de chasse et les retenues sur les rivières créent des étangs dont les poissons font l'objet d'une exploitation rationnelle et intensive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordredesaintmichel.superforum.fr
St Michel
Admin
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 11/03/2008
Localisation : Sur la Flèche de l'Abbaye

MessageSujet: Re: [Livre] Chez les Paysans   Mer 12 Mar - 15:10

Manger à sa faim


La récolte de l'ail: Tacuinum Sanitatis, XVe siècle


Si l'on met à part les mauvaises années – nombreuses il est vrai –, la situation alimentaire du paysan est sans doute meilleure vers 1450 qu'elle ne l'était vers 1250. La chute de la population a entraîné une extension des espaces incultes. Les progrès de l'élevage ont accompagné la croissance de la consommation de viande : les XIVe et XVe siècles sont des siècles carnassiers, comme on n'en retrouvera plus de sitôt.
Le régime des rustres est donc devenu plus varié et, quoique délicates à établir, des rations quotidiennes d'environ 3 000 calories ne sont pas improbables. Cela n'empêche nullement les romanciers, les chroniqueurs et les artistes, qui méprisent les paysans, de les considérer toujours comme des mangeurs d'aulx et d'oignons – sans doute les aliments les plus vils que l'on puisse imaginer dans le système de valeurs du Moyen Âge !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordredesaintmichel.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Livre] Chez les Paysans   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre] Chez les Paysans
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Histoire] Le Grand Livre de l'Histoire Flamande par Charles
» [Skavens] Réactions sur le nouveau Livre d'Armée
» Soirée du Vendredi 27 aout 2010 chez Blutch
» Quelques "Case Blue" chez MMP
» [Fan-Fiction] La légende de Denta-nui livre 1: Huit Makuta.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Renouveau de St Michel :: Ouvrages Culinaires-
Sauter vers: